Les supporters sont-ils les bienvenus dans un stade ?

de | mai 31, 2017

« Le football doit se jouer devant des spectateurs », s’est empressé de rappeler Sepp Blatte, le président de la FIFA. Avant même le grand rendez-vous, la mobilisation médiatique contribue déjà à faire monter la pression. Qui va gagner? Qui va perdre?  Un magnifique spectacle de foot renvoie une véritable exaltation émotionnelle aux supporters.
Certes, la présence de supporters enthousiastes au stade a beau croître de manière exponentielle. Toutefois,  les supporters  ne sont pas toujours les bienvenus dans un  stade à cause des risques de troubles à l’ordre public qu’ils peuvent parfois entrainer lorsqu’ils se font emportés par les émotions.

L’encouragement des supporters, fruit de la victoire d’une équipe

Un « vrai supporter » ne considère pas le football comme une distraction, un passe-temps parmi d’autres mais il accorde une grande importance à son engagement envers une équipe. Le  football est devenu un spectacle populaire se déroulant dans des stades de grande capacité et déchaînant les passions.

Lors d’un match, les supporters sont en proie à différents enchainements d’émotions. Tout d’abord, au début d’une rencontre, entre angoisse et stress, la pression qui monte ainsi que l’adrénaline. En cas de défaite, le découragement et l’abattement, mais dans le cas contraire, euphorie et  joie sont au rendez-vous.
Pour encourager de manière inconditionnelle l’équipe  et montrer leur enthousiasme ou leur insatisfaction, les supporters crient, chantent, applaudissent et sifflent. Mais ils profitent aussi de leur grand nombre pour organiser des animations collectives, comme l’ « OLA »auquel les spectateurs lèvent puis baissent les bras les uns après les autres de façon coordonnée, créant une impression de vague traversant les tribunes.

Des supporters emportés par des émotions : violences aux abords du stade

Autrefois, lors du commencement du football, le public n’était pas admis lors des matchs puisque ce sport était réservé comme une simple pratique pour entretenir le corps et le mental d’un joueur. Mais actuellement elle a beaucoup révolu, le public subdivisé en deux : les spectateurs et les supporters assistent tous aux matchs.

Lors d’un match, la violence se développe parfois. Une violence spontanée provoquée par une défaite ou une erreur d’arbitrage, par la suite s’ajoute une violence absolue et indépendante des événements du match : c’est l’ hooliganisme. Il s’agit du fait de se livrer à des actes de vandalisme lors de la compétition sportive.

En parlant de violence, il ne s’agit pas forcément de violence physique, mais également de violence verbale. Lors les supporters crient, quelques fois, l’animation est faite d’insultes autant que de chants, d’anathèmes ou de signes d’appartenance commune (écharpes, couleurs, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *